Idikset, les Terres Hallucinées

bayou-912244_960_720


Tout au nord de Valcelieux, la Terre-Ronce, bien plus haut que les plaines désertiques se dresse une forêt interminable, merveilleuse. Corrompue par les Ronces, un miasme mortel gangrénant la nature et le cœur des hommes, elle s’est peu à peu transformée en un marais aux racines apparentes, un bayou enneigé. La vie y est bien plus rude qu’ailleurs. On y naît, et on y meurt. On abat, on possède, on pille. Du fait de la concentration massive d’une matière intangible liant l’imaginaire et le réel, l’éposithose, de cette forêt, les humains y développent des pouvoirs plus ou moins étranges, pouvant se matérialiser sous toute forme.

Cependant, ces capacités les rapprochent petit à petit d’Idikset, les Terres Hallucinées, une version putride et terrifiante d’Inuvko, où les pires cauchemars, et les rêves les plus fascinants prennent vie. Ces hommes et femmes voyagent à travers les marécages blancs d’Inuvko, contemplant sa beauté, combattant les créatures qui le peuplent dans le but d’atteindre leur havre de paix personnel.

Dans ce jeu à narration partagée, jouable sans MJ (sinon, le MJ prend le rôle de la Forêt), les joueurs vont devoir s’aider ou s’entretuer dans un seul but, trouver une raison à leur existence, une destinée à accomplir. Soumis au regard des Six, les entités qui représentent l’équilibre malsain entre Inuvko, et Idikset, ils pourront utiliser leurs pouvoirs provoqués par le Rêve Éveillé afin de surmonter les obstacles.

Lancer une poignée de dés, et choisir ses résultats dans le tas, broder une aventure poétique et sombre et se perdre dans un imaginaire merveilleux. Un poil de stratégie, une bonne dose de narration, et de l’amour pour ce projet réalisé en collaboration avec mon confrère d’écriture, “Suits” : Idikset, les Terres Hallucinées

Advertisements

High Rise

index

 

Bienvenue à Paradis. Ville de tous les péchés, de tous les excès. Une ville où le peuple, tiraillé entre la violence de ses gangs et les conditions de vie exécrable, est regardé de haut par les puissants. Ces hommes et femmes qui ont su s’élever au rang d’élite par leur soif d’argent, leurs manipulations et les coups de poignard dans le dos. Et c’est ce genre de personnes que vous serez amenés à jouer dans High Rise.

High Rise est un jeu à narration partagée où les joueurs doivent récolter le plus de jetons, symbolisant l’argent nécessaire à atteindre leur Ambition. Plus on a d’argent, plus on peut réussir d’actions. Les autres joueurs choisissent les Obstacles qui se tiendront sur la route des autres, et plus les situations sont originales, délirantes ou “over-the-top”, plus ils seront récompensés.

Un mexican stand-off entre un courtier avide de pouvoir, un policier nain ultra-violent, et un marin russe ne se séparant jamais de son ours polaire sur le chemin du coiffeur ? Oui, vous êtes bien dans les rues sombres et folles de Paradis. A vous d’arriver au sommet et d’atteindre votre Ambition, quel qu’en soit le prix. Bienvenue dans High Rise.

Ronces de Valcelieux

0004796559_10

A plusieurs endroits du monde tel que nous le connaissons, des barrières menant au Grand Désert, canal de tous les mondes possibles, s’ouvrent pour laisser entrer ses habitants. Les Premiers Êtres sont des créatures immortelles, dont la puissance dépasse l’entendement. Amuun, le Roi dans son Tombeau, libère les Ronces, miasme mortel gangrénant la nature prenant peu à peu le dessus sur la civilisation. Rahj’Mah, le Bouc aux Milles Dents, pousse le vice des humains à son paroxysme. Simbekk, la Sirène des Profonds, provoque une montée des eaux noyant de nombreuses villes – et les familles qui y habitent. La Terre devient un champs de ruines et les êtres humains sont impuissants face à l’avancée des Fléaux.

Les Premiers Êtres brisèrent l’esprit de tous les êtres vivants du monde, les remodelant un à un. Les Hommes n’ont aucun passé car ils sont tous, et un à la fois. Les contes et légendes se sont mélangés à la réalité, le passé au présent. Ils se sont retrouvés avec une Histoire qu’ils n’avaient jamais connue, et ont donc reconstruit leurs sociétés petit à petit, prenant leurs folklores au mot, les créant de toutes pièces grâce à l’éposithose, le lien de toutes vies sur Terre, la raison pour laquelle le ciel et la mer sont attachés ensemble, pour laquelle le passé court après le futur et l’imaginaire survole la réalité.

 

C’est dans ce monde apocalyptico-mystique que vos personnages évolueront. Ils se trouveront amenés à coopérer ou s’affronter selon leurs objectifs. Ronces est un jeu participatif, narratif, où les joueurs usent de leur imagination pour construire l’histoire de leurs personnages à mesure que le jeu avance. Vivez un passionnant Voyage, une mystérieuse Enquête ou une Intrigue pleine de rebondissements, et menez vos personnages vers l’accomplissement de leur quête. Mais la Corruption des Ronces, et la présence de votre Anima, la manifestation physique des vices des Hommes, vous rendra la tâche plus ardu. Dans les Terres de Valcelieux, votre plus grand ennemi, c’est vous.

Voici donc la première version bêta du jeu où sont présentés les données majeures qui composent l’univers de Valcelieux, les règles et système de résolution appuyé d’exemples et quelques territoires où il est possible de jouer : Ronces.

Bienvenue chez le Baron !

Bonjour, ou bonsoir à tous – et à toutes – je me présente, Baron. Passionné de jeux de rôles depuis toujours, j’ai toujours tenté de faire marcher le plus possible mon imaginaire (bordel, on croirait une lettre de motivation). C’est pour ça que j’ai passé mon temps à écrire, achever des textes, en recommencer d’autres, mais ce n’était pas “suffisant”.

Je voulais tenter autre chose, parce qu’outre créer une histoire moi-même, je voulais pouvoir créer un récit en communion avec mes amis. C’est par ces soirées à imaginer des histoires dont nous serions les héros que mes premiers “jeux de rôles” se sont faits. Aucun dé, aucun maître du jeu, juste des potes inventant un monde et des péripéties ensemble. C’est ça, qui m’a marqué. Et c’est pour ça que j’ai décidé de tenter, par mes maigres moyens, de créer un jeu. Voir plusieurs, car les projets s’enchaînent et ne se ressemblent pas.

Ce blog parlera majoritairement de Ronces, mon tout premier jeu dont la bêta est actuellement achevée en attente de rénovation du plancher, et de tous les petits “à côté” sur lesquels je travaille en même temps.

Bonne lecture mes p’tits poulets !